VOS QUESTIONS

En bref

CAUSONS ECRANS

En débat à Marsillargues

Résumé des questions/réponses lors d'une intervention de Causons écrans sur la question du jeu vidéo.
Les mots en couleurs sont des liens cliquables emmenant vers différentes ressources.

Le 27 Février 2020 Causons Écrans participait à un débat sur le thème « les jeux vidéo de la passion à l’addiction » organisé par un collectif de la ville de Marsillargues. Un public ouvert à l’échange dans une ambiance conviviale.

 

Petit résumé :

Un public qui était là pour savoir ce qu’est le jeu vidéo, quel est ce média afin de comprendre les enfants et les petits enfants. La moyenne d’âge devait être d’une cinquantaine, soixantaine d’années.

Le jeu vidéo, un loisir ? Le jeu vidéo est bien sûr un loisir comme un autre, le prendre par le prisme du cinéma lorsque nous n’y connaissons rien peut aider. Comme le cinéma, le jeu vidéo dispose de genres, de contenus s’adressant à divers publics (adultes ou enfants). Pour en savoir un peu plus sur les genres de jeux vidéo voici une petite vidéo explicative.

 

Les jeux-vidéo sont violents, non ? Tout comme pour les films ou les livres, certains jeux ne sont pas adressés aux plus jeunes, cela est indiqué sur la jaquette grâce au système PEGI classant les jeux par tranches d’âges (3,7,12,16,18) et indiquant à quel type de violence pourra être confronté le joueur au cours de la partie. (Nous avons pu constater au cours du ébat que Le système PEGI indiquant l’âge conseillé pour jouer était pour une part méconnu, il a donc fallu en parler. Une vidéo en lien vous permettra d’en savoir un peu plus. )

 

Seuls les jeunes jouent ? Non, tout le monde joue en général et donc joue aux jeux vidéo. Les supports peuvent changer (tablettes, smartphones, consoles, ordinateurs …etc) le jeu vidéo est multiforme (Farmville, Candy Crush, Mario Bros… etc). Une partie du public a d’ailleurs reconnu effectivement jouer mais sur tablette ou smartphone à de petits jeux.



Il y a des d’histoires dans les jeux vidéo ? Les jeux vidéo sont des moyens de raconter des histoires passionnantes et complexes pour certains jeux. Ils s’adressent encore une fois à tous les publics et requièrent selon le jeu des compétences différentes (de la gestion, des réflexes, de l’analyse, de l’anticipation ..etc). Il est possible d’apporter des réflexions intéressantes avec le jeu vidéo, voire de sensibiliser sur certains sujets comme avec This War Of Mine ou encore That Dragon, Cancer. Les "cinématiques" sont des séquences qui racontent une partie de l'histoire d'un jeu. Le joueur ne touche pas à la manette à ce moment là et se laisse porter par l'histoire, exactement comme au cinéma! 

 

Donc le jeu vidéo rend intelligent ? En tout cas, il ne rend pas idiot! Il n’y aussi aucun mal à prendre un jeu vidéo simplement pour ce qu’il est : un jeu. Juste pour se divertir sans pour autant intellectualiser. Il est un loisir comme un autre, un peu comme regarder un film d’action ou une comédie pour passer de bons moments. Oui on peut en tirer des apprentissages, des réflexions philosophiques tout comme on peut simplement le prendre pour un divertissement comme le cinéma.

Dans un cadre pédagogique, le jeu vidéo ne se suffit pas en lui-même tout comme un film. Il doit être accompagné par un environnement exhortant la matière à apprentissage, confronté en dehors du cadre du jeu vidéo.

 

Ça rend addict ? L'addiction ne fait absolument pas consensus auprès des spécialistes en partie par la définition même de ce qu’est une addiction. Le jeu vidéo n’est pas en cause, il faut voir le comportement qui donne l’usage excessif du jeu vidéo et qui vient d’un mal sous-jacent.

Par ailleurs, il est important de rappeler l’adolescence est l’âge des excès et que l’autorité parentale est le moyen de les éviter Il faut corréler cela avec un intérêt parental pour le loisir de l’enfant. Qu’il se questionne et pourquoi pas joue avec lui afin de mieux l’appréhender (comme l’on peut jouer au foot avec son enfant ou aller voir ses matchs.)

Pour en savoir plus sur l’addiction aux jeux vidéo nous vous invitons à aller vers ces sources (disponibles aussi sur le site de Causons Écrans) : le site de Vanessa Lalo, Yann Leroux, Serge Tisseron, un article sur l’addiction au jeu vidéo , une vidéo résumant l’addiction au jeu vidéo.

 

Le jeu vidéo est solitaire ? Pas forcément tout dépend des pratiques. Même avec un jeu à un joueur nous pouvons jouer à plusieurs. Un joueur, peut passer la manette à son voisin quand les autres qui ne jouent pas regardent ensemble comme ils pourraient regarder un film. On peut aussi jouer en famille sur une même console avec plusieurs manettes. Il y a aussi le jeu en réseau qui permet de jouer avec les copains, de se faire des copains.

Mais il peut y avoir des gens mal intentionnés ? Oui c’est possible. Les administrateurs des jeux et des forums ne sont pas partout. Il y a une éducation à faire dans cette pratique du numérique. Encore une fois, plus les parents seront intéressés, plus un dialogue se fera entre l’enfant et le parent (ou grand parent) et plus il sera au fait des potentiels dangers. Les plus jeunes étant plus vulnérables, il est vivement conseillé de ne pas les laisser seuls sur les réseaux. Apprenons leurs à bien les utiliser.

 

L’eSport c’est un métier, ils ne sont pas addicts ? Retournons la question: une équipe de foot professionnelle est-elle addicte au foot ? Non. Pour la question de l’addiction nous vous invitons à aller vers les quelques sources plus haut. Quant à l’eSport, le phénomène est émergent et les équipes professionnelles s’entraînent, élaborent des stratégies selon le jeu dans lequel elles sont. Oui on peu en faire un métier mais, en France, le phénomène est émergent à contrario de la Corée du sud ou des États-Unis.

 

Dans certains jeux on essaye de nous faire rester le plus possible et acheter des choses j’ai l’impression ? Dans certains oui. Comme le soulève la polémique des « caisses à butin » ou encore Fortnite. Le jeu est gratuit mais on incite le joueur, par divers procédés, par la distinction sociale ne serait-ce qu’en jeu, à acheter des objets. On essaye de nous faire rester le plus longtemps possible. Oui des jeux utilisent de tels procédés, ils sont le reflet de l’économie de notre société actuelle ni plus ni moins (marché de l’attention, rentabilité …etc). Les réseaux sociaux aussi, leur économie repose dessus, le jeu vidéo est simplement une partie d’un tout. Attention à ne pas stigmatiser tous les jeux vidéo ! Certains cherchent juste à faire plaisir au joueur, ils ne disposent pas sciemment de tels procédés.

 

Pour conclure, ce débat a permis d’informer sur ce média, de le replacer comme un objet socio-culturel, pour le comprendre. Encore une fois, pour l’appréhender au mieux, la meilleure des choses est de dépasser ses préjugés en allant sur des sites spécialisés, en allant regarder directement le contenu du jeu, en dialoguant avec son enfant et en veillant à garder un cadre propice aux temps de loisirs, d'école/ de travail.

 

Bref résumé d'après un débat organisé par un collectif de Marsillargues avec l’association Arc-En-Ciel et Causons Écrans en invités